Vous êtes ici : Accueil \ Infos \  Essais auto \  Opel \ Opel Insignia Sports Tourer

Opel Insignia Sports Tourer 1.6 turbo Cosmo BM6
Le break de l'année

L'Insignia fait un beau début de carrière : succès commercial et reconnaissance de la presse avec l'élection comme voiture de l'année 2009. Nous avons été invités à Francfort pour la présentation de la déclinaison break, le "Sports Tourer". En plus de la nouvelle carrosserie, Opel dévoile une nouvelle motorisation Diesel biturbo et un bloc essence "downsizé". Voyons tout de suite si l'Insignia continue à tenir ses promesses.

Opel Insignia Sports Tourer
Opel Insignia Sports Tourer

Audacieux

Il faut avouer que là où de nombreux constructeurs se contentent de faire évoluer timidement leurs berlines familiales, Opel a vraiment réévalué ses ambitions avec une voiture très agréable à regarder et infiniment mieux finie que la Vectra !

La signature stylistique de l'Insignia se trouvant sur les portes avant, les designers ont pu laisser libre cours à leur imagination pour redessiner l'arrière sans dénaturer le concept.
La poupe bénéficie donc d'un style élancé, d'un imposant jonc chromé et de feux à la forme originale. L'ensemble est très équilibré et rassurant.

L'empattement de 2.74 mètres est identique à celui de la berline, l'allongement de 8 cm profitant donc exclusivement au coffre dont la capacité varie de 540 à 1530 litres.

Hayon enveloppant

Le plus étonnant dans la conception de ce break, c'est le hayon "enveloppant" qui inclut l'intégralité des feux arrière. Avantage de ce système : l'ouverture est largement dégagée, l'accès au coffre est donc idéal. Ce système inédit a obligé Opel à intégrer des répétiteurs à l'intérieur du coffre pour que la voiture soit visible de nuit avec le hayon ouvert.

Le hayon est donc une énorme porte qui s'élève manuellement ou électriquement (à partir de la version Cosmo). Précisons que l'ouverture électrique du hayon est débrayable et réglable de manière à ne pas trop stresser dans les parkings.

Les aménagements du coffre prennent le nom un tantinet pompeux de "FlexOrganizer" : un système flexible de filets et de cloisons pliables que l'on arrime à deux rails horizontaux courant le long de chaque flanc du coffre, assez pratique.

Nouvelles motorisations

Nous avons commencé nos essais avec le fleuron de la gamme diesel : un tout nouveau 2.0 litres BiTurbo affichant fièrement 190 chevaux et 400 Nm de couple ! Un quatre cylindres qui vient prendre la place de l'ancien V6, downsizing oblige. Sur le papier la formule est séduisante puisqu'elle permet de réduire les consommations et la pollution, malheureusement ce moteur s'est avéré décevant.

Le manque d'allant de la voiture, sans doute imputable à la transmission à quatre roues motrices qui plombe l'Insignia, est pardonnable, mais le niveau sonore dans l'habitacle est incompréhensible.

Après le vacarme du diesel c'est un délice de tester le petit 1.6 turbo essence à haut rendement. Ses 180 chevaux sont largement suffisants pour déplacer la version deux roues motrices, le silence revient dans l'habitacle et au final l'agrément est nettement meilleur.

Quelque soit le moteur, la commande de boîte se révèle étrangement placée (trop haute) et particulièrement accrocheuse.
La dernière partie de l'essai a été réalisée avec le 2.8 V6 Turbo de 260 ch, une motorisation très plaisante et polyvalente qui donne véritablement ses lettres de noblesse à l'Insignia et même si la boîte automatique manque un peu de réactivité elle remplace avantageusement la boîte mécanique.

Conclusion

Harmonieuse, agréable et astucieuse dans sa version break, l'Insignia mérite largement son titre de voiture de l'année. D'autant plus qu'elle propose bon nombre d'équipements qu'on pourrait croire réservés aux marques premium (lecture des panneaux, feux adaptatifs, hayon électrique, transmission 4x4...).

Proposée à partir de 22 700 euros, la "Sports Tourer" est une bonne affaire pour qui saura choisir le bon moteur et éviter la boîte mécanique.

L'équipe de 321 Auto vous conseille deux configurations :
Petit budget : 1.6 turbo Cosmo BM6 - Pour l'agrément et l'environnement.
Gros budget : 2.8 V6 Turbo 260ch BVA 4x4 - Pour le plaisir et la motricité.
Mais nous ne nous faisons aucune illusion : 95% des ventes se feront en diesel !


    • Opel
    • Article du 24/03/2009
      De Julien Caupeil
      Photos : OPEL
  • Style intérieur / extérieur 
  • Qualité et finition 
  • Ergonomie et simplicité 
  • Equipements et options 
  • Confort et suspensions 
  • Sécurité active et passive 
  • Plaisir de conduite 
  • Performances pures 
  • Agrément moteur 
  • Budget achat et carburant 
Note : 7,2 / 10
Coup de coeur :

On aime :

  • Qualité générale en hausse
  • Design convaincant
  • Bon niveau d'équipement
  • Bon confort général

On regrette :

  • Diesel BiTurbo poussif et bruyant
  • Boîte mécanique accrocheuse

Fiche technique

Modèle essayé :  Opel Insignia Sports Tourer
  • Vitesse max 248 km/h
  • 0 à 100 km/h 7.3 sec
  • Conso autoroute 8.3 litres / 100 km
  • Conso mixte 11.8 litres / 100 km
  • Conso ville 17.8 litres / 100 km
  • Poids 1878 kg
  • Moteur 6 cylindres
  • Cylindrée 2792
  • Carburant Essence
  • Puissance 260 ch à 5500 tr/mn
  • Couple 350 Nm dès 1900 tr/mn
  • Puissance fiscale -
  • Boîte de vitesses BA6
  • Transmission Intégrale
  • Dimensions (L/l/H) 4.91 / 1.86 / 1.52 m
  • Réservoir 70 litres
  • Capacité coffre 540 dm3
  • Emissions CO2 -
38 700 €
comments powered by Disqus
 

Services

Facebook

Articles les plus partagés

Newsletter

La lettre d'information de 321 auto, ce sont des essais, de l'actualité, des promos, des fiches pratiques et bien plus encore...

Abonnement

Désabonnement

Confirmer