Vous êtes ici : Accueil \ Infos \  Essais auto \  Peugeot \ Peugeot 4007 2.2 HDi Féline

Peugeot 4007 2.2 HDI 156 FAP Féline
Armé après la bataille

Ca y est ! Avec quelques années de retard sur ses principaux concurrents - Renault excepté-, Peugeot lance enfin son premier 4x4, le 4007. Le "4" signale le gabarit, le "7" la génération, et la nouveauté réside dans le "00" qui n'est pas un permis de tuer mais bel et bien la marque d'un nouveau concept, tout du moins pour la marque au lion. Le timing peut paraître incertain : l'envolée des prix de l'essence a porté un grave coup outre-atlantique à la mode des SUV, et il n'est pas certain que l'objectif, pourtant modeste, de vendre 20 000 exemplaires par an en Europe soit atteint facilement dans l'environnement énergétique actuel. Armé après la bataille, espérant qu'elle ne soit pas déjà finie, Peugeot s'associe donc avec Mitsubishi pour produire ce dérivé de l'Outlander, dont s'inspire également le C-Crosser de Citroën . Le partenariat avec le constructeur nippon ne se réduit d'ailleurs pas à l'Europe : la future usine commune PSA-Mitsubishi de Kaluga, en Russie, va également privilégier le 4007 afin que le constructeur français profite du boom des immatriculations de notre grand voisin de l'Est.

Peugeot 4007 2.2 HDi Féline
Peugeot 4007 2.2 HDi Féline

Extérieur

Le 4007, le C-Crosser et l'Outlander sont des copies quasi-conformes les uns des autres, à l'exception de la face avant qui leur permet d'afficher une identité partielle. Sur le 4007, on retrouve naturellement la calandre ouverte et les projecteurs effilés caractéristiques de la marque au lion.

Le look du 4007 est particulièrement réussi, son profil sportif marquant les esprits. Un peu tape-à-l'oeil, il remplit parfaitement son rôle qui est d'abord d'attirer l'attention : on n'achète pas un véhicule tout-chemin à Paris avec pour objectif prioritaire de faire le Dakar... Viril, le 4007 en impose, avec une calandre gargantuesque façon baleine urbaine -avec les fanons mais sans le plancton- et des chromes généreusement distribués (marchepieds, antibrouillards, barres de toit et arrière), notamment à l'avant pour exhiber majestueusement le lion chromé de la marque. Les phares sont hauts et larges, avec des petits antibrouillards de chaque côté de la calandre, et les galbes des roues soulignent la sportivité du SUV.

Le reste du 4x4, à l'instar du C-Crosser, est analogue au Mitsubishi Outlander dont il est dérivé. Malheureusement, on ne trouve pas de barre d'attelage à l'arrière.

Intérieur

Le tableau de bord constitue une vraie réussite. A la fois simple, clair et pratique, il permet de se repérer rapidement et réitère volontairement à l'intérieur le look sportif revendiqué à l'extérieur, avec notamment des compteurs sport mais aussi par la présence d'inserts alu sur la console centrale, le volant et les panneaux de portes. Les commandes au volant sont nombreuses et pratiques.

De nombreux équipements sont disponibles: climatisation automatique (malheureusement monozone), allumage automatique des phares, système de navigation tactile dernière génération avec écran large de 7 pouces, régulateur de vitesse, ensemble audio de haute précision, système Bluetooth pour téléphoner sans risque et sans branchement compliqué de son portable, caméra de recul.

Les sièges cuir se révèlent d'une élégance et d'un confort réellement plaisants, offrant un excellent maintien. L'ergonomie globale est très bien pensée. La finition générale reste par contre décevante, ambiance 207 voire pire. Si l'apparence est agréable, la consistance des matériaux utilisés laisse à désirer, en particulier au niveau du plafond, qu'on aurait presque peur de trouer en appuyant du doigt. On demeure loin du standing allemand...et même de celui auquel la marque au lion nous avait habitué. Cela s'explique simplement: l'intérieur est en fait celui du Mitsubishi Outlander, à l'exception du badge sochalien sur le volant. Résultat, la finition n'est pas à la hauteur, avec des plastiques creux et pas toujours bien assemblés.

Habitabilité

L'habitabilité demeure inégale: si l'espace pour les jambes s'avère généreux tant devant que derrière, on regrette la largeur trop limitée de la banquette arrière, parfaite pour deux passagers mais immédiatement exiguë dès que vous transportez trois adultes non pygmées en plus du passager avant.

Bref, ce SUV demeure un SUV familial, permettant de transporter trois enfants à l'arrière, avec éventuellement deux petits camarades supplémentaires sur la troisième rangée de sièges escamotable située dans le coffre - à n'utiliser que pour dépanner (ou punir ?), ou alors pour le teckel à poils ras. Autant la 3e banquette se manipule difficilement, autant il est facile de rabattre la 2e -voire de la fractionner en mode 2/3 - 1/3- pour tripler le volume du coffre. Ce dernier est très accessible, grâce à l'ouverture en deux parties de son hayon, dont le volet inférieur peut supporter 200 kilos. Le coffre possède une capacité de 510 litres en mode 5 places, 1 686 litres en mode deux places...et quasiment rien en mode 7 places.

Enfin, côté sécurité, on retrouve de nombreux airbags; deux frontaux de série à l'avant, deux latéraux, et des coussins gonflables rideaux à l'arrière. Signalons aussi la commande vocale téléphonique multilingue qui permet d'appeler sans manipulation superfétatoire, ainsi que les commandes téléphoniques au volant.

Capacités routières

Le 4007 assume son caractère tout-terrain avec un paramétrage trois modes pour la transmission "made in Japan": 2 (2WD) ou 4 (4WD) roues motrices, mais également une position "différentiel bloqué" (Lock) afin de pouvoir aborder les terrains plus délicats (neige, boue...). En pratique le mode traction (2WD) sera utilisé sur route sèche pour minimiser la consommation de carburant, et le mode 4x4 sera adapté aux revêtements plus glissants (en cas de pluie, sur chemin de terre...).

La répartition du couple entre les trains avant & arrière est gérée automatiquement en fonction des conditions d'adhérence afin d'assurer une tenue de route optimale. En mode 4WD jusqu'à 60% de couple est renvoyé sur les roues arrière, et en mode Lock le calculateur peut transférer jusqu'à 90% de couple.

Le 4007 conviendra à une clientèle urbaine qui ne s'aventure que marginalement hors des sentiers battus, et permet d'humer malgré tout les effluves du tout-terrain, pour autant qu'on n'en abuse pas. La fonction 4WD sera certes peu utilisée par les citadins, mais elle peut s'avérer pratique sur les voies pavées de certaines grandes agglomérations. Pour faire du franchissement ou le prochain Dakar, on vous conseille plutôt d'attendre le modèle suivant...

Comportement

Les liaisons au sol font partie des éléments -au même titre que le moteur- qui ont été revisités par Peugeot à partir de l'Outlander d'origine. La marque au lion a adapté les réglages de la direction, des suspensions, du freinage et du train arrière dans un souci d'efficacité optimale.

Sur route classique, le comportement est très satisfaisant. Le véhicule est confortable, et la position haute donne au conducteur la sensation, toujours agréable, de dominer la circulation. Le freinage est très correct grâce notamment à l'ABS avec répartiteur électronique de freinage, et le SUV se conduit facilement. Le panneau de toit en aluminium, plus léger de cinq kilos, permet d'abaisser le centre de gravité et donc d'améliorer la tenue de route. Il convient toutefois de modérer son allure sur les routes sinueuses, car le roulis reste significatif sur des SUV de ce gabarit.

Moteur

Seul le 2.2l HDi -bien connu des conducteurs de 407 et 607- est disponible, restreint pour l'occasion à 156 chevaux de puissance et 380 Nm de couple. Ce moteur diesel a été développé en partenariat avec Ford et peut fonctionner avec 30% de biocarburant. Le filtre à particules assure un bilan environnemental remarquable, avec seulement 191 g/km de CO2.

La motorisation se distingue aussi par la présence d'un unique turbo au lieu du biturbo habituel, ce qui se traduit notamment par des reprises moins fermes. Le déclenchement du turbo se révèle plutôt tardif à l'usage, mais permet néanmoins d'afficher un 0-100 km/h en moins de 10 secondes. La consommation annoncée par Peugeot en cycle mixte est très modérée - 7.2 litres aux 100 kilomètres- mais nos propres mesures se sont avérées plus proches des 9 litres, avec certes une conduite plus agressive que le "bon père de famille".

Le 4007 se différencie donc avantageusement au niveau moteur de l'Outlander grâce son bloc PSA, logiquement préféré au bloc d'origine Volkswagen (2.0 TDI 140 des Golf et Passat) qui équipait les premiers Outlanders.

Seuls bémols: outre le déclenchement lent du turbo, nous avons déploré le niveau sonore, élevé, et un peu fatiguant sur de longs trajets routiers. Enfin, si la boîte de vitesse manuelle dispose de six rapports bien étagés, il n'y a malheureusement pas de version automatique prévue à court terme.

Conclusion

Le 4007 nous a laissé une impression mitigée. Si le design extérieur est vraiment très réussi et soutient sans peine la comparaison avec les concurrents, le reste du véhicule n'est pas à l'avenant. Bruyant, à la tenue de route moyenne, et avec une finition intérieure laissant vraiment à désirer, le 4007 arrive tardivement sur un segment de marché mature, qui commence à s'essouffler.

Autant Peugeot peut espérer un succès raisonnable sur le marché français avec ce "SUV du (pas trop) pauvre" - à l'image des succès antérieurs des Peugeot CC- dont l'apparence extérieure chatoyante saura flatter l'ego de plus d'un, autant il est douteux que de riches acheteurs de pays émergents, pour qui le statut prime sur le coût, puisse le préférer à des marques étrangères (allemandes...) plus onéreuses mais dont la qualité reste incontestablement nettement supérieure dans ce segment de marché.

En résumé, nous souhaitons à Peugeot un succès français avec le 4007, mais craignons que le timing du lancement et les caractéristiques intrinsèques du modèle restreignent celui-ci à l'Europe latine. Car même le prix, raisonnable par rapport à des modèles allemands, ne soutient pas la comparaison avec le Mitsubishi Outlander, qui est pourtant un modèle jumeau.


    • Peugeot
    • Article du 17/07/2008
      De Pascal Vigué
  • Style intérieur / extérieur 
  • Qualité et finition 
  • Ergonomie et simplicité 
  • Equipements et options 
  • Confort et suspensions 
  • Sécurité active et passive 
  • Plaisir de conduite 
  • Performances pures 
  • Agrément moteur 
  • Budget achat et carburant 
Note : 6,4 / 10

On aime :

  • Design extérieur
  • Equipement
  • Habitabilité

On regrette :

  • Finition perfectible
  • Reprises
  • Insonorisation

Fiche technique

Modèle essayé :  Peugeot 4007 2.2 HDi Féline
  • Vitesse max 200 km/h
  • 0 à 100 km/h 9.9 sec
  • Conso autoroute 5.9 litres / 100 km
  • Conso mixte 7.2 litres / 100 km
  • Conso ville 9.5 litres / 100 km
  • Poids 1750 kg
  • Moteur 4 cylindres en ligne
  • Cylindrée 2179
  • Carburant Diesel
  • Puissance 156 ch à 4000 tr/mn
  • Couple 380 Nm dès 2000 tr/mn
  • Puissance fiscale 10 CV
  • Boîte de vitesses BVM6
  • Transmission Intégrale
  • Dimensions (L/l/H) 4.64 / 1.81 / 1.71 m
  • Réservoir 60 litres
  • Capacité coffre 510-1686 dm3
  • Emissions CO2 -
38 500 €
comments powered by Disqus
 

Services

Facebook

Articles les plus partagés

Newsletter

La lettre d'information de 321 auto, ce sont des essais, de l'actualité, des promos, des fiches pratiques et bien plus encore...

Abonnement

Désabonnement

Confirmer

 

 
 

321 auto est le plus grand réseau d'annonces de voiture occasion. Lorsque vous déposez une annonce auto sur 321 Auto, celle-ci apparaît automatiquement sur plusieurs sites d'annonces auto occasion (Auto evasion, Speo, Auto Journal...) augmentant ainsi vos chances de trouver une personne intéressée par votre voiture d'occasion.

Retrouvez 321auto sur :
Application mobile :