A la découverte du musée automobile 50's à l'air libre de Cuba

par 'Mickaël'.
Des hommes poussant une voiture de collection à Cuba

À une période où les échanges internationaux se multiplient et où le marché de l'automobile s'accroît, Cuba se démarque toujours par son authenticité avec ses magnifiques voitures américaines, appelées généralement par les Cubains : les « Carros Americanos ».

Encore aujourd’hui, il est possible de découvrir de sublimes Cadillac, Pontiac, Chevrolet, Chrysler, Hudson ou encore des Mustangs, rien qu’en se baladant dans la Havane. Les rues de Cuba sont un véritable musée à ciel ouvert des plus belles voitures américaines des années 50, et ces joyaux de l’automobile offrent à toute l’île une ambiance rétro et dépaysante. Leurs couleurs criardes et acidulées donnent l’illusion que ces véhicules sont flambants neufs, et c’est autant un plaisir pour les visiteurs que pour les habitants. On peut même voir défiler d’antiques Ford Fairlane, des Mercedes, et surtout la mythique Lada soviétique des années 70, adorée des Cubains.

 

Conservées et entretenues depuis le départ des Américains de l’île après la révolution cubaine de 1959 contre le régime pro-américain, ces voitures exceptionnelles sont utilisées au quotidien. Elles servent surtout à se déplacer en ville, en guise de taxis collectifs ou pour les touristes, et elles peuvent même faire office de voitures de police. Ces perles devenues rares dans le reste du monde et élevées au rang de véritables pièces de collection pour certaines, sont pourtant difficilement entretenues par les Cubains. Bien qu’ils soient très habiles, ces mécaniciens hors normes manquent de pièces nécessaires aux réparations. Ils n’en demeurent pas moins obstinés, pour des raisons aussi diverses que la nostalgie de ces vieilles automobiles ou le besoin de se déplacer, tout simplement. Cet héritage historique et culturel a été intégré par Fidel Castro lui-même au Patrimoine national de l’île.

 

Cuba se prépare pourtant à un changement radical de son paysage automobile, car l’importation de véhicules est désormais autorisée dans le pays. Elle aura très certainement un grand impact sur l’aspect du parc automobile cubain, déjà bien varié avec l’accroissement du nombre de voitures asiatiques importées par l’État.


Bien que les conditions d’importations ne soient pas encore clairement définies, l’idée du gouvernement serait de générer un profit dessus afin de recueillir un fond suffisant pour le développement des transports urbains, qui font cruellement défaut à Cuba.

 

Ce changement radical pour l’État communiste se fera de manière graduelle et à long terme. En effet, les prix des véhicules importés devront suivre ceux du marché de l’automobile, déjà élevés, auxquels s’ajouteront des taxes d’importation qui pourraient décourager plus d’un Cubain à se lancer dans un tel investissement.
 

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer