Seat Leon ST 4Drive : merci Volkswagen !

par
Seat Leon St
Seat Leon ST 4Drive : la version 4x4 du break compact de la marque espagnole

Une fois de plus, les vases communicants ont permis à Seat de s'enrichir d'une technologie en provenance de chez Volkswagen. En l'occurrence la transmission intégrale Haldex de cinquième génération de la Golf 4Motion, greffée sur la Seat Leon ST 4Drive.

Au sein du groupe Volkswagen, les composants et les technologies circulent de plus en plus entre les différentes marques. Ainsi, une même plateforme peut servir pour plusieurs modèles (VW Golf, Audi A3, Skoda Yeti, Seat Leon, etc.) et les innovations d’un constructeur arrivent rapidement chez les autres. Dernier exemple en date, la désactivation de cylindres de l’Audi A1 1.4 TFSI 140 ch, apparue sous le capot de la VW Polo BlueGT.

> A LIRE. Essai Audi A1 Sportback 1.4 TFSI Attraction : nombre de cylindres variable

 

Le but est évidemment de réaliser des économies de développement et de production, mais aussi de faire progresser à peu de frais les marques d’entrée de gamme du groupe comme Skoda et Seat.

 

Transmission intégrale intelligente

Le constructeur espagnol bénéfice pleinement de ces synergies avec par exemple il y a quelques temps l’arrivée sous le capot de motorisations TDI de nouvelle génération (fini les injecteurs pompes !). On a même eu droit en 2009 à une berline Exeo qui était une ancienne Audi A4 et aujourd’hui, la Toledo est comme la Skoda Rapid une cousine très germaine de la Volkswagen Jetta.

> A LIRE. Essai Seat Exeo Sport 2.0 TSI 200 : un air de déjà vu

 

Cette fois, c’est un composant particulier qui passe de chez Volkswagen à Seat. La transmission intégrale Haldex de cinquième génération de la Golf 4Motion se retrouve en effet sous le châssis de la Leon ST 4Drive tout juste dévoilée au salon automobile de Vienne. Cette version 4x4 du break compact espagnol se veut donc passe-partout, quelles que soient les conditions de route.

 

 

En cas de perte de motricité détectée par des capteurs électroniques, jusqu’à 50% du couple peut être envoyé sur les roues arrière, en quelques fractions de secondes. Le reste du temps, l’auto fonctionne comme une traction pour économiser du carburant et rejeter moins de CO2.

 

Pas de malus écologique

Pour sa Leon ST 4Drive 1.6 TDI 105 (250 Nm de couple), Seat revendique 4,5 litres/100 km et 119 grammes de CO2/km. Des chiffres qui passent à 4,8 litres et 124 grammes pour la version 2.0 TDI 150 (320 Nm) et qui dans tous les cas mettent ce modèle à l’abri du malus écologique. Cela représente tout de même 0,7 litres/100 km et une vingtaine de grammes de CO2/km de plus que pour les versions 2 roues motrices.

 

Commercialisé en avril pour la version TDI 105 et cet été pour la version TDI 150 (à des tarifs encore inconnus), ce break Seat Leon ST 4Drive devrait réussir à faire oublier sans peine la Leon 1,8 20VT 180PS 4x4 de 1999. D’ailleurs, qui se souvenait encore d’elle ?

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer