Audi Tt Rs - Le club des 5

Audi Tt Rs
Version essayée : Audi Tt Rs Roadster
Essence - 340 ch - 9.5 litres / 100 km - Fiche technique
63 500 €

Galerie : 21 photos

Avis sur la Audi Tt Rs

Note 321Auto

7,6 / 10

On aime

  • Sonorité du 5 cylindres
  • Qualité perçue
  • Motricité
  • Châssis

On regrette

  • Attaque de la pédale de frein
  • Guidage de la commande de boîte

C'est le retour du 5 cylindres chez Audi ! Ce retour se fait en fanfare et sous la houlette de la filiale GmbH avec le sommet définitif de la gamme TT : la RS. La TT S avait-elle besoin d'une grande soeur ? Le choix d'un cinq cylindres est-il pertinent ? Que reste-t-il à la R8 ? Autant de questions plus ou moins pertinentes auxquelles nous allons essayer de répondre subjectivement.

Retour aux sources

Rappelons que dans les années 80 Audi était le chantre des moteurs 5 cylindres. Plus sobre que le V6 et plus noble que le 4 cylindres cette architecture permettait une installation longitudinale devant l'essieu avant. La stratégie consistant à concurrencer les six cylindres avec des 5 cylindres turbocompressés a posé les bases de ce que l'on appelle aujourd'hui le "downsizing".

Malgré toutes les qualités inhérentes aux "cinq pattes" Audi n'en n'avait plus produit depuis la RS2 de 1994 ! En 2009 ce sont les ingénieurs de GmbH, filiale sportive d'Audi, qui ont proposé de remettre le 5 cylindres au goût du jour, pour notre plus grand plaisir !

1-2-4-5-3

Le bloc 2.5 litres a été récupéré dans les tiroirs du groupe VW et développe ici 340 chevaux de 5400 à 6500 tr/min. L'adjonction d'un turbocompresseur permet d'obtenir un couple de 450 Nm dès 1600 tr/min, constant jusqu'à 5300 tr/min ! Avec de tels chiffres, vous vous doutez qu'il est difficile de prendre le TT RS en défaut de reprise. Pendant qu'un Cayman S rame dans le bas du compte tour, le TT RS est déjà explosif et la poussée ne semble jamais s'arrêter.

Côté sonorité c'est le "bonheur en enfer", le moteur et l'échappement sont des maîtres de la tentation, ils vous incitent au pêcher sans discontinuer. Même si vous mettez le Dalaï Lama au volant, le grondement de la mécanique le transformera en terroriste de la route !

Le secret de cette sonorité diabolique est révélé dans le dossier de presse :
"L'ordre d'allumage est 1-2-4-5-3, une alternance de cylindres qui se jouxtent et de cylindres plus distants. C'est là l'origine du rythme et de la sonorité très particulière du cinq cylindres."

Une de trop ?

J'étais déjà enthousiasmé par le TT de 200 chevaux, mon confrère Julien avait été bluffé par le TT S de 272 chevaux, nous pouvions légitimement nous demander si le TT RS ne serait pas la version de trop ? Celle qui dépasserait les limites du châssis ?

Je vous sens nerveux, alors je vous réponds tout de suite, non le TT RS n'est pas la version de trop. Le châssis tient merveilleusement le coup, même en roadster. Le freinage est puissant, même si l'attaque de la pédale pourrait être plus franche. Enfin, grâce au système Quattro, livré de série, la motricité n'est jamais prise en défaut.

Un petit bémol tout de même, la seule boîte disponible : une manuelle à 6 rapports, n'est pas parfaitement guidée et la commande aurait gagné à être plus courte pour accentuer l'effet "joystick" que l'on est en droit d'attendre sur ce genre de véhicule.

Finalement, Le TT RS fait le lien entre la noblesse du V6 et la hargne du 4 cylindres, il est résolument sportif sans être un gueux !

La concurrence

C'est la première fois qu'Audi s'attaque à la niche des petits roadsters ultra sportifs premiums, mais certains concurrents sont déjà bien installés.

Juste en face il y a le SLK AMG qui envoie ses 360 chevaux aux roues arrière et aimante la marée-chaussée avec le rugissement de son V8. La Mercedes est un peu plus lourde et un peu moins performante, mais elle a un toit rétractable.

Dans la ligne de mire on trouve également le Cayman S. Le flat 6 de la Porsche délivre son couple beaucoup plus tard et demande de vraies aptitudes de pilotages avec sa boîte et sa direction très fermes, à réserver aux sportifs purs et durs.

Enfin il y a la Z4 M, que nous n'avons pas eu l'occasion d'essayer car l'attaché de presse de chez BMW, Monsieur Patrick Lucas, privilégie les medias traditionnels au détriment de l'internet.

Conclusion

Il faudra être attentif et tendre l'oreille pour repérer des TT RS sur nos routes puisque l'aileron arrière sera en option et qu'il ne devrait pas s'en vendre plus d'une centaine par an en France.

Pour environ 60 000 euros, une clientèle de passionnés du TT ou de nostalgiques de l'Audi Quattro Sport de 1984, pourra s'offrir ce petit bolide aux faux airs de R8 et ne sera pas déçue du voyage !

Les autres remarqueront sans doute que le TT S offre déjà son lot de sensations pour 12 000 euros de moins...

  • Style intérieur / extérieur
  • Qualité et finition
  • Ergonomie et simplicité
  • Equipements et options
  • Confort et suspensions
  • Sécurité active et passive
  • Plaisir de conduite
  • Performances pures
  • Agrément moteur
  • Budget achat et carburant

Note 7,6 / 10

par 'Julien Caupeil'.

À lire sur le même thème

Retrouve-nous sur les réseaux sociaux

RETROUVE-NOUS SUR

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer