Mazda Cx-7 - Le vrai lancement

par 'Julien Caupeil'.
Mazda Cx-7
Version essayée : Mazda Cx-7 2.2 Mzr-Cd
Diesel - 173 ch - 7.5 litres / 100 km - Fiche technique
36 950 €

Galerie : 29 photos

Avis sur la Mazda Cx-7

Note 321Auto

6,4 / 10

On aime

  • Position de conduite
  • Sentiment de légèreté
  • Look sportif
  • Équipement pléthorique

On regrette

  • Pas de boîte auto
  • Sonorité moteur
  • Déficit d'image

Restylage

Vu que pratiquement personne ne sait à quoi ressemble un CX-7, il n'était pas nécessaire d'offrir un gros lifting à la carrosserie pour donner un sentiment de nouveauté !

La nouvelle calandre reprend le souriant pentagone découvert sur la MX-5 et la Mazda3. Les antibrouillards sont mieux intégrés que sur l'ancienne version. Enfin, pour les fanatiques, précisons que le bouclier arrière a été redessiné et que le silencieux d'échappement reçoit un enjoliveur chromé. Tout se joue dans les détails, mais il faut avouer que le résultat est plus homogène.

A l'intérieur, Mazda a voulu mettre l'accent sur la qualité perçue. Nouveaux garnissages, nouveau couvercle de console centrale, accoudoirs plus confortables et surtout un éclairage de tableau de bord qui fait moins mal aux yeux. L'ancien éclairage tout rouge ayant probablement été jugé un peu "trop sportif" !

Finalement le plus étonnant c'est le petit écran implanté au dessus du panneau central. Avec 4,1 pouces de diagonale il nous ramène directement à l'époque des premiers GPS intégrés. Une fois le temps des sarcasmes passé, on se rend compte que la navigation est efficace et la caméra de recul très pratique. Finalement les écrans géants que l'on trouve dans les 4x4 de luxe ne rendent pas beaucoup plus de services.

Motorisation

Exit le quatre cylindre turbo qui donnait des ailes au CX-7 et justifiait son positionnement sportif. C'est le difficile retour à la réalité pour Mazda : un 4x4 ça se vend avec du mazout, ok !?

Pour se plier à la loi du marché, le CX-7 récupère le bloc 2.2 litres récemment inauguré sur la Mazda6. La version la plus puissante de ce bloc développe 185 chevaux, mais les petits malins de chez Mazda on retiré une douzaine de percherons pour contenir les émissions de CO2 sous la barre des 200 grammes et éviter le gros méchant malus.

Au volant on a toujours un agréable sentiment de légèreté, on n'a pas l'impression de trainer un gros 4x4 lourdaud. La lecture de la fiche technique indique un poids de 1800 kilos, ce qui est dans la moyenne pour cette catégorie de véhicules. L'explication est peut-être à chercher du côté de la nouvelle direction électro-hydraulique, très agréable et précise.

Un seul regret finalement : la boîte de vitesse manuelle aux verrouillages fermes qui semble de plus en plus inappropriée dans cet environnement dédié au luxe et à la balade.

Concurrence

Un quatre cylindres de 173 chevaux, une image un peu décalée et un positionnement à mi-chemin entre SUV et 4x4 de luxe, il ne faut pas longtemps pour rapprocher le CX-7 de ses concurrents les plus directs : la triplette Outlander/C-Crosser/4007.

Le niveau de qualité et les prestations sont très proches et je vous laisse seuls juges des qualités esthétiques de chaque véhicule, il reste donc à comparer les tarifs.

Dans sa version la plus cossue (Exclusive HDi 160 FAP), le C-Crosser s'échange contre 38900 euros. La 4007 "Féline" est 500 euros moins chère. Enfin la version "30ème anniversaire" de l'Outlander coûte 37600 euros.

Sur le marché français, le CX-7 ne sera proposé qu'avec une seule motorisation (Diesel) et une seule finition (Performance) au prix de 36950 euros.

Un tarif très compétitif quand on voit la pléthore d'équipements livrés de série. Entre autres : sellerie cuir, GPS, caméra de recul, jantes 19", système audio Bose, phares Xenon, toit ouvrant électrique et kit mains libres Bluetooth.

Conclusion

La motorisation est suffisante en toutes situations et souffre juste d'une sonorité assez désagréable en haut du compte-tours. La position de conduite est excellente et le niveau d'équipement irréprochable. Avec cet ensemble de prestations haut de gamme on se demande vraiment pourquoi le conducteur devrait passer les vitesses lui-même ?
Peut-être que c'est pour mériter le tarif ultra serré de ce SUV de niche.

  • Style intérieur / extérieur
  • Qualité et finition
  • Ergonomie et simplicité
  • Equipements et options
  • Confort et suspensions
  • Sécurité active et passive
  • Plaisir de conduite
  • Performances pures
  • Agrément moteur
  • Budget achat et carburant

Note 6,4 / 10

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer