Toyota Prius 3 - Une longueur d'avance

par
Toyota PrIus 3
Version essayée : Toyota PrIus 3 136h E-Cvt
Hybride - 136 ch - 3.9 litres / 100 km - Fiche technique
28 120 €

Galerie : 21 photos

Avis sur la Toyota PrIus 3

Note 321Auto

6,8 / 10

On aime

  • Consommation
  • Agrément en hausse
  • Confort
  • Nombreux avantages fiscaux
  • Design plus avenant

On regrette

  • Plastiques bas de gamme
  • Ergonomie des commandes
  • Autonomie réduite en mode électrique
  • Freinage spongieux

Plus joviale

La silhouette de la Prius n'a pas profondément évoluée, elle s'est juste peaufinée avec le temps. Les nouveaux feux avant façon Nissan 370Z lui confèrent un regard plus agressif, la nouvelle calandre et le bouclier retravaillé affirment sa personnalité. La poupe évolue plus subtilement, seules les optiques plus étirées permettent de la différencier de l'ancienne Prius.

S'il fallait lui trouver un défaut, ce serait certainement l'absence de protections sur la carrosserie, pourtant bien utiles sur une voiture destinée à un usage urbain.

Une vraie calculette

Dans l'habitacle, la Prius 3 n'a pratiquement rien conservé de l'ancienne Prius. Le dessin de la planche de bord s'est modernisé, le mini levier de vitesses est mieux implanté et la console centrale en forme d'arche est non seulement originale mais elle permet également de bénéficier d'un petit rangement supplémentaire.

L'habitabilité a bien progressé, notamment à l'arrière où la garde au toit et l'espace aux jambes sont meilleurs qu'auparavant. Et malgré la présence des batteries sous le coffre, la capacité de chargement atteint une contenance correcte de 445 litres, soit l'équivalent d'une Peugeot 3008.

Mais n'allez pas croire que la nouvelle Prius brille sur tous les fronts. Avec sa panoplie de boutons sur le volant et la console centrale, l'ergonomie n'est pas très instinctive. De plus, les informations affichées sur l'écran principal sont trop nombreuses et pas toujours faciles à déchiffrer.

La qualité des finitions n'est pas non plus le point fort de la nouvelle Prius qui déçoit par ses plastiques très sommaires indignes d'une voiture à plus de 25.000 ?.

Equipement dernier-cri

La nouvelle Toyota Prius fait la part belle aux nouvelles tendances technologiques. Il y a les équipements qui tiennent plus du gadget comme le système d'aide au stationnement intelligent IPA qui, soit disant, réalise le créneau à votre place, ou encore l'affichage tête haute qui projette sur le pare-brise la vitesse et les indications du système de navigation.

Et puis il y a des équipements plus essentiels comme les feux de route à LED qui améliorent la visibilité ou le toit ouvrant solaire qui régule la température ambiante dans l'habitacle lors des journées d'été caniculaires.

Usine à gaz

On ne change pas une équipe qui gagne : la nouvelle Prius conserve la même technologie hybride qui a fait le succès de l'ancien modèle. Toutefois, Toyota a apporté quelques évolutions visant à renforcer la puissance et réduire la consommation. Exit donc l'ancien 1,5 litre essence de 77 ch, place à un tout nouveau 1,8 litre VVTi plus puissant (98 ch), plus coupleux mais également plus sobre malgré sa cylindrée supérieure.

Il est secondé par un moteur électrique également plus puissant (81 ch contre 68 ch précédemment) mais dont l'autonomie des batteries en mode tout-électrique (mode EV) est d'à peine 2 km à une vitesse maxi de 50 km/h. La puissance culminée atteint 136 ch contre 110 ch pour l'ancienne Prius.

Ce surplus de puissance se fait immédiatement ressentir au volant. La japonaise donne moins la sensation de "pédaler dans la semoule" à chaque accélération et les relances sont nettement plus énergiques. La Prius est également moins bruyante et serait presque devenue agréable à conduire. En revanche, le freinage est toujours aussi difficile à doser, il ne faut pas hésiter à appuyer franchement sur la pédale au risque de se faire surprendre.

Dans la peau d'un écolo

Toyota annonce fièrement une consommation mixte de seulement 3,9 l/100 km. Or on le sait, il faut toujours prendre avec un peu de recul les chiffres souvent optimistes annoncés par les constructeurs. Pour en avoir le coeur net, j'ai parcouru une centaine de kilomètres à son volant en parcourant différents types de routes, de la petite nationale à l'autoroute en passant par les rues d'une grande agglomération.

Le constat est sans appel : en jouant à fond la carte de l'écologie, c'est-à-dire en abusant du régulateur de vitesse, en gardant une certaine retenue sur l'accélérateur et en utilisant le mode EV (électrique) en ville, je suis arrivé à une consommation moyenne de 4,6 l/100 km. C'est plus que la valeur annoncé par Toyota mais c'est tout de même un bon résultat pour une voiture de ce gabarit. En clair, la Prius n'usurpe pas son label écologique.

Conclusion

La Prius 2 avait déjà pris une certaine longueur d'avance sur ses quelques rares poursuivantes dont la Honda Insight, la nouvelle Prius ne fait qu'enfoncer le clou. Meilleure dans presque tous les domaines, la japonaise se révèle enfin agréable à conduire, confortable et consomme encore moins qu'une berline diesel équivalente.

Ses tarifs ne sont certes pas donnés mais il ne faut pas oublier qu'en achetant une Prius vous pouvez bénéficiez jusqu'à 3000 ? d'avantages fiscaux (prime à la casse, prime sur les voitures hybrides...) et que vous ferez de réelles économies à la pompe. Bref, la nouvelle Prius a encore de beaux jours devant elle.

  • Style intérieur / extérieur
  • Qualité et finition
  • Ergonomie et simplicité
  • Equipements et options
  • Confort et suspensions
  • Sécurité active et passive
  • Plaisir de conduite
  • Performances pures
  • Agrément moteur
  • Budget achat et carburant

Note 6,8 / 10

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer