Audi S5 - Au soleil sans sueur froide

par 'Stéphane Capela'.
Audi S5
Version essayée : Audi S5 Cabriolet
Essence - 333 ch - 9.7 litres / 100 km - Fiche technique
69 €

Galerie : 26 photos

Avis sur la Audi S5

Note 321Auto

8 / 10

On aime

  • Look
  • Sonorité
  • Performances
  • Châssis

On regrette

  • Linéarité de la mécanique
  • Boîte manuelle indisponible
  • Endurance du système de freinage
  • Consommation à rythme sportif
  • Quattro sport et amortissement piloté en option.

Sobriété d'usage

Mis à part ses quatre échappements et sa calandre spécifique, la S5 ne diffère guère d'une A5 ordinaire. Audi mise sur une relative sobriété pour répondre aux attentes de la clientèle. Et on retrouve la même retenue à bord. Nous vous laissons juger par vous-même des similitudes avec la version Diesel que nous avons essayée fin février.

Un V6 T multi-facette

Sous le capot du cabriolet le méchant V8 du coupé S5 cède sa place au V6 suralimenté de la S4. Plus délicat, plus souple, plus sobre, le six cylindres 3.0 litres n'est néanmoins pas moins performant. Il se montre tout aussi adapté à une balade bucolique, au rythme de sa sonorité feutrée, qu'à une indécente escapade au coeur des voies rapides allemandes, à la cadence de son hurlement métallique.

Contrairement à ce que laissent suggérer les badges latéraux "V6 T", Audi a fait le choix du compresseur plutôt que du Turbo pour gaver son six cylindres. Le régime maxi reste ainsi haut perché. Et, s'il faut grimper à 7000 tr/min avec le V8 pour profiter de la puissance maxi sur les 400 tr/min restants, le V6 rend le même service à partir de 5500 tr/min sur une plage de 1500 tr/min. L'apogée du couple est également accessible plus tôt : 2900 contre 3400 tr/min. A défaut de devoir cravacher la mécanique pour avoir des sensations, les mauvaises langues diront qu'on se rapproche du fonctionnement des récents blocs Diesel !

La polyvalence au dépend des sensations

Avec ce V6 parfaitement "plein" à tous les régimes, la S5 catapulte nerveusement ses 1875 kg de virages en virages. Pour cela, la boîte à double embrayage S-Tronic se révèle une parfaite alliée avec ses passages de rapports sans rupture de couple et ses palettes au volant.

Retour de manivelle, les accélérations, déjà particulièrement linéaires, le sont encore davantage. Audi en a conscience. Pour apporter un peu de piment, la transmission nous gratifie d'un sympathique double débrayage automatique à chaque rétrogradage. Nous apprécions moins les violents à-coups engendrés aux passages des rapports (pour faire Sport.) lorsque l'on sélectionne le mode "Dynamic".

Comportement sur mesure

Les principaux arguments de l'Audi S5 cabriolet ne sont pas visibles. Le système "Audi Drive Select" optionnel est paramétrable selon 4 modes (Confort, Auto, Dynamique, Personnalisé), afin de rendre la S5 aussi confortable sur les dos d'ânes que sur les routes sinueuses. Impressionnant d'efficacité, le système métamorphose littéralement le caractère de la S5 en agissant sur l'amortissement piloté (optionnel), la direction, la cartographie moteur et les lois de passages des rapports de boîte.

Quattro Sport

Autre atout, inauguré sur la S4, la dernière évolution du système de transmission intégrale Quattro est secondée par le différentiel arrière autobloquant "Quattro Sport" (optionnel). La répartition du couple n'est plus limitée à un transfert entre les deux essieux mais également entre les deux roues arrière. Le comportement est Sportif, avec un grand "S". Par défaut, 60 % du couple est envoyé à l'arrière. Et là où, en courbe, un ESP freinerait la roue qui manque d'adhérence, le système Quattro Sport accélère au contraire la roue qui en a le plus (arrière/extérieur au virage), pour en sortir plus rapidement.

Ajoutez à cela une bonne répartition des masses grâce à une mécanique reculée, un centre de gravité bas, et un châssis d'une parfaite rigidité. Vous obtenez un vrai cabriolet de Sport, joueur à la demande, et pourtant doté d'un comportement rigoureux et sécurisant.

Conclusion

L'Audi S5 cabriolet n'offre pas la sportivité d'une BMW M3 ni la délicatesse d'une Mercedes Classe E mais le compromis proposé par Audi est véritablement proche de la perfection... A condition de piocher dans le long catalogue d'options.

  • Style intérieur / extérieur
  • Qualité et finition
  • Ergonomie et simplicité
  • Equipements et options
  • Confort et suspensions
  • Sécurité active et passive
  • Plaisir de conduite
  • Performances pures
  • Agrément moteur
  • Budget achat et carburant

Note 8 / 10

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer