Lada Niva - Le soviet suprême

par 'Julien Caupeil'.
Lada NIva
Version essayée : Lada NIva M
Essence - 81 ch - 9,5 litres / 100 km - Fiche technique
11 499 €

Galerie : 39 photos

Avis sur la Lada NIva

Note 321Auto

4,2 / 10

On aime

  • Franchisseur surprenant
  • Technologie éprouvée (!!!)
  • Style indémodable
  • Prix

On regrette

  • Niveau sonore
  • Inconfort
  • Finition
  • Tenue de route
  • Freinage
  • Equipement

La Lada Niva ("champ de blé" en russe) a vu le jour en 1976, elle était alors destinée aux travailleurs ruraux de l'Union Soviétique, ce n'est donc pas une première jeunesse. Vous me direz que la Golf est encore plus vieille puisqu'elle est née en 1974. la différence c'est que nous arriverons bientôt à la 7ème génération de Golf alors que la Niva commence juste à se moderniser.

Voyons ce qui justifie le "M" de son appellation. Extérieurement on remarque tout de suite les gros rétroviseurs, mais il faut être un peu plus connaisseur pour détecter l'évolution des clignotants avant. A l'intérieur, les habitués noteront une nouvelle banquette arrière, un peu plus confortable - tout est relatif - et un tableau de bord "digital" intégrant un thermomètre de température extérieure et, comble du luxe, une horloge !

Finalement, le gros des "modernisations" est caché à l'intérieur. Nouvelle pompe à eau, nouvel embrayage, boîte de transfert modernisée, voie avant élargie, amortisseurs modernisés alignés sur les roues, nouvel embrayage. En tout, le Niva a reçu plus de 250 modifications, pour la plupart issues du Chevrolet Niva, une version à 5 portes qui n'a jamais posé une roue sur notre sol.

Un peu comme une Porsche

Après avoir passé un petit bitoniau devant un capteur pour désactiver "l'antidémarrage électronique à transpondeur crypté". Nous insérons la clef à gauche du volant, comme sur une Porsche - sans doute le seul point commun - et le quatre cylindres de 1.7 litre s'ébroue gentiment. Le moteur n'évolue pas, selon Lucien Lacroix (Responsable Développement Réseau), il n'y a pas de raison de la changer "c'est le bon rapport poids/puissance".

Une trentaine de kilomètres nous séparent de la piste tout terrain, c'est l'occasion de voir ce que le Niva a dans le ventre. ou pas. Il faut de la poigne pour passer les rapports avec cet immense levier dont la boule tourne sur elle-même. En cinquième on a l'impression d'être en troisième. Malgré une vitesse maximum annoncée à 137 km/h le Niva plafonne à 110 km/h. L'occasion de faire un bon bout de route avec le pied au plancher sans risque de se faire flasher !

La confiance

Quand les virages arrivent ce n'est pas le sentiment de confiance qui prédomine, mais le Niva ne se retourne pas systématiquement. Nous sommes tout de même contents d'arriver sains et saufs sur le terrain de jeu favori du Niva : la foret.

Dès la première côte le Niva est à la peine : passage en boîte courte obligatoire. Ensuite ce n'est plus que du bonheur. Le Niva se laisse guider facilement avec sa direction assistée hydraulique. Il se faufile entre les arbres grâce à sa taille de guêpe. Tout semble facile et on en arrive à regretter que le terrain ne soit pas plus gras. Jean-Claude Briavoine (Pilote sur 4 Paris-Darak en Niva) nous fait une démonstration à peine croyable se jouant des pires obstacles sans jamais douter de sa monture.

Un autre monde

S'il fallait donner un avis objectif sur la Niva, il faudrait dire que la finition n'est pas d'un autre âge elle est d'un autre monde, que le comportement routier est vraiment limite et qu'il y a plus de bruit dans l'habitacle que dans la jungle amazonienne au coucher du soleil. Mais on ne peut pas juger la Niva comme n'importe quelle voiture, ce véritable 4x4 est le fruit d'une histoire, d'une tradition. A l'instar du Land Rover Defender, il est de la race de ceux qui continuent à rouler lorsque les autres arrêtent.

Alors, oublions la consommation gargantuesque et le sifflement de la boîte de transfert, ne pensons plus à cette marche arrière capricieuse, le principal c'est que le service soit rendu. Sur ce point les garde-forestier, les chasseurs et les agriculteurs ne se trompent pas, le Niva est là quand il le faut et il est capable de résister aux pires outrages.

Enfin il ne faut pas oublier ce sentiment unique de rouler dans une voiture de collection neuve ! En Niva on sent le moteur, on entend la mécanique tout est brut et même parfois brutal. Pour déverrouiller la boîte de transfert, vous devrez d'abord rouler en marche arrière avant de donner un bon coup dans la commande. Viril.

Conclusion

La Niva est intemporelle, indémodable, irremplaçable. La "modernisation" présentée aujourd'hui est surtout une façon de rappeler au public qu'il existe toujours sur le marché un 4x4 de franchissement abordable, attachant et increvable.

  • Style intérieur / extérieur
  • Qualité et finition
  • Ergonomie et simplicité
  • Equipements et options
  • Confort et suspensions
  • Sécurité active et passive
  • Plaisir de conduite
  • Performances pures
  • Agrément moteur
  • Budget achat et carburant

Note 4,2 / 10

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer