Volkswagen Eos - Coup de plumeau

Volkswagen Eos
Version essayée : Volkswagen Eos 2011
Diesel - 140 ch - 4.8 litres / 100 km - Fiche technique

Galerie : 12 photos

Avis sur la Volkswagen Eos

Note 321Auto

5,6 / 10

On aime

  • Le toit sophistiqué
  • L'espace intérieur correct

On regrette

  • Les évolutions timides
  • Le tarif en hausse

Près de cinq ans d'âge, une Golf cabriolet à toit souple qui arrive cet été : deux bonnes raisons pour offrir à l'Eos un (léger) restylage.

Lorsque la porte du garage s'ouvre, difficile de savoir quelle Volkswagen s'y cache : Golf, Passat, Jetta, Sharan, Tiguan, Touareg et nouvelle Golf Cabriolet arborent désormais le même regard. Avec ses optiques en forme de goutte d'eau et son absence de diodes autour des feux au xénon, l'Eos faisait toujours office de vilain petit canard...

Aujourd'hui, le coupé-cabriolet rejoint la secte des phares rectangulaires. Et fait les yeux doux aux émissions de CO2 : récupération d'énergie au freinage, système Stop & Start et transmission allongée permettent d'abaisser les rejets de 19 g par km, et la consommation de 0,7 l aux 100 km en moyenne. C'est la version DSG6 (+ 1 700 euros) qui en profite le plus, car elle échappe désormais au malus.

La nouveauté en option

Les équipements eux, croissent surtout dans la colonne des options, avec une sellerie en cuir qui réfléchit les rayons du soleil (547 euros), la gestion automatique des feux de route (153 euros), ou le système de stationnement assisté (394 euros). Des détails ? Oui. D'autant que d'autres points méritaient des évolutions : le maintien de la caisse déçoit sur les bosses, les bruits de roulements demeurent trop présents, et le poids important contrarie la bonne volonté du TDI 140, peu aidé par les rapports supérieurs très longs.

Reste à l'Eos un toit rigide escamotable toujours aussi sophistiqué : scindé en cinq parties, il se replie de manière compacte au bénéfice du style de la poupe et de l'espace aux places arrière. Quant à sa fameuse partie vitrée coulissante indépendamment, elle fait encore envie la totalité de ses concurrentes...

Conclusion

L'Eos reste un bon coupé-cabriolet, et conserve son avance en matière de toit rigide. Mais ses évolutions restent timides. L'augmentation du tarif (+ 800 euros en moyenne) est, dès lors, difficile à comprendre.

  • Style intérieur / extérieur
  • Qualité et finition
  • Ergonomie et simplicité
  • Equipements et options
  • Confort et suspensions
  • Sécurité active et passive
  • Plaisir de conduite
  • Performances pures
  • Agrément moteur
  • Budget achat et carburant

Note 5,6 / 10

par 'Mathieu Sentis'.

À lire sur le même thème

Retrouve-nous sur les réseaux sociaux

RETROUVE-NOUS SUR

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici. Fermer