Peugeot 508 Sw - Le meilleur break français ?

par 'Michel Meilleray'.
Peugeot 508 Sw
Version essayée : Peugeot 508 Sw 2.0 Hdi
Diesel - 140 ch - 5 litres / 100 km - Fiche technique
32 €

Galerie : 37 photos

Avis sur la Peugeot 508 Sw

Note 321Auto

On aime

  • L'habitabilité
  • L'autonomie et la consommation
  • Le style et l'équipement de série

On regrette

  • L'encombrement en ville
  • L'absence de vide-poches
  • Le tarif "allemand"

A ce niveau de gamme, la fantaisie n'existe pas et c'est la loi du marché qui impose le cahier des charges. De plus, les breaks français ne peuvent déroger à leur réputation de véhicules pratiques et de grand volume.

Cela n'est pas sans conséquence pour nos deux protagonistes très proches en gabarit, poids, volume utile et performances.

Au coeur du marché, Peugeot propose une motorisation de grande routière et une finition Allure de haute tenue. Pour sensiblement le même tarif, Renault permet d'accéder à une Laguna tout aussi bien équipée mais typée théoriquement plus sportive, avec un modèle dit "4Control" à l'essieu arrière directionnel.

Sur la route

La présence d'un volant à méplat facilite l'accès à bord de ces deux modèles dont les portes ouvrent largement aussi bien à l'avant qu'à l'arrière. Dès les premières manouvres dans le parking, le break Laguna fait étalage d'une maniabilité supérieure, grâce à ses quatre roues directrices qui facilitent également son usage urbain.

L'avantage se confirme dans les enfilades de ronds-points qui tapissent la banlieue et sur route où les parcours sinueux sont les bienvenus. Fidèle à la réputation des Peugeot, le break 508 est tout aussi efficace, mais moins agile et surtout moins plaisant lorsque l'on force l'allure.

Sur autoroute, nos deux protagonistes se distinguent par leur silence de fonctionnement et par une tenue de cap parfaite. Toutefois, le break 508 souffre d'une monte optionnelle de 18 pouces qui pénalise le confort. Il faudra privilégier les pneus de série en 17 pouces plus confortables et économiques quand vient le moment du remplacement.

Côté motorisation, difficile de départager ces deux modèles qui affichent des performances identiques, une forte disponibilité à bas régime et des boîtes bien étagées afin de limiter au maximum la consommation.

Même constat pour le freinage, mordant et endurant pour les deux modèles, mais la direction hydraulique Renault procure un ressenti plus naturel que le système électrohydraulique Peugeot, un peu inerte autour du point milieu.

Vie à bord

Côté présentation, le break 508 se la joue à l'allemande, une tendance qu'on retrouve dans la dotation d'équipements. Le dessin, l'aspect des matériaux et la qualité des ajustements de la planche de bord font l'unanimité, face à la Laguna qui apparaît plus terne.

La supériorité Peugeot est incontestable pour cette version Allure qui dispose d'un toit panoramique de série et d'un grand écran d'affichage qui procurent une ambiance intérieure plus lumineuse.

Côté sellerie, la palme du maintien va à Peugeot, celle du confort à Renault. Les cotes d'habitabilité sont proches avec un peu plus d'aisance aux coudes pour la Peugeot tout spécialement à l'avant ( 1,54 m au lieu de 1,48 m pour la Renault ). On est ainsi un peu plus engoncé à l'avant dans la Renault.

Si le volume arrière est quasi-égal, la 508 prend les devants lorsqu'il s'agit de charger sous le cache-bagages avec un avantage de 42 l.

Mais c'est naturellement la modularité et le sens pratique qui valorisent un break. Dans ce domaine, les deux modèles se marquent à la culotte avec un cache-bagage escamotable d'une tape du plat de la main et des dossiers rabattables à distance depuis le coffre. Le break Laguna se paie le luxe d'y ajouter un actionneur dans la feuillure des portes alors que le 508 conserve les poignées incluses dans les dossiers.

Côté pratique, la forme carrée et le plancher plat sont de rigueur. Comme les deux voitures disposent d'un logement de roue de secours suffisant pour recevoir le pneu crevé, les coffres manquent globalement de hauteur (moins de 70 cm à l'entrée).

Renault propose une lunette arrière à ouverture indépendante et Peugeot réplique avec une commande électrique de hayon, deux équipements naturellement disponibles... en option.

À acheter

Un rapide test de consommation pied léger permet de constater que nos deux voitures restent sous la barre des 7 litres aux 100 km, à peine distancées par les productions labellisées « éco » du groupe Volkswagen, actuellement la référence. La 508 SW justifie un prix plus élevé par la présence d'un toit panoramique, de vitres surteintées en série et d'un système de navigation.

Si la Laguna Estate fait jeu égal avec la nouvelle Peugeot, elle hérite de la réputation désastreuse de ses devancières sujettes à de gros problèmes de fiabilité. La valeur résiduelle en prend ainsi un coup ( 41,2 % au lieu de 51,2 % pour la Peugeot après trois ans et 60 000 km ). C'est un coup de frein, non seulement pour les sociétés, mais aussi pour les particuliers et injuste pour cette gamme désormais d'une fiabilité de bon niveau.

Conclusion

Les deux voitures affichent tellement peu de différences qu'il pourrait être difficile de trancher. Mais ceux qui roulent beaucoup en ville et circulent à la montagne apprécieront la maniabilité de la Laguna 4Control. S'ils comptent conserver leur véhicule longtemps, ils n'hésiteront pas à s'offrir cet agrément de conduite au quotidien.

Pour ceux qui changent de véhicule souvent et attachent plus d'importance à la valeur et à la facilité de revente, la Peugeot est alors le meilleur choix. D'autant que si l'on prend en compte l'esthétique et l'élégance, il semble bien que la 508 SW dispose de l'atout maître pour remporter la mise.

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer