Audi R8 Spyder - Moins puissante, toujours fascinante

par 'Bertrand Bellois'.
Audi R8 Spyder
Version essayée : Audi R8 Spyder V8
Essence - 430 ch - 14.4 litres / 100 km - Fiche technique
127 €

Galerie : 34 photos

Avis sur la Audi R8 Spyder

Note 321Auto

7,4 / 10

On aime

  • La commande de boîte un peu lente
  • Le poids total
  • Beaucoup d'options...

On regrette

  • Efficacité redoutable
  • V8 musical et docile
  • Ligne superbe en cabriolet
  • Qualité de la présentation

Se « promener » en R8 Spyder est un peu spécial. Têtes qui se dévissent, larges sourires, pouces levés. toute la sympathie pour la Supercar d'Audi se lit dans l'expression du public.

A bord, c'est aussi la joie. La qualité de fabrication donne des leçons à bien des marques plus prestigieuses de ce petit monde de la voiture d'exception. L'habitacle est aussi sublime que la conduite est déconcertante de facilité. Et le son caverneux du V8 accompagne chaque effleurement de la pédale d'accélérateur.

C'est cette motorisation qui est nouvelle sur la R8 Spyder, qui bénéficie depuis son lancement en 2009 de l'exceptionnel moteur V10 de 525 ch. Avec le V8 atmosphérique de 4163 cm3 à injection directe (comme dans le coupé), la puissance descend à 430 ch, mais l'émotion reste intacte et les performances de haut vol.

Après son bruit rauque à bas régimes, le huit cylindres Audi passe à un registre musical plus aigu à mi-régime et finit sa course juste sous les 8 000 tr/min ! A puiser ainsi dans les ressources du Spyder V8, on profite des performances exceptionnelles : 0 à 100 km/h en 4,8 sec et 300 km/h en vitesse maxi...

Pour exploiter pleinement le potentiel de la mécanique, la caisse en aluminium du Spyder repose toujours sur un châssis quattro dont le réglage de base donne de la prépondérance au train arrière. Impériale et impressionnante d'efficacité sur les beaux revêtements, la compacte R8 (4,43 m) garde son homogénéité lorsque la route se dégrade.

Sur parcours accidenté et détrempé, elle reste d'une efficacité incroyable et surtout sécurisante à souhait. Merci l'amortissement bien calibré et surtout la transmission quattro, même si ce système fait supporter à la R8 un certain embonpoint (1 735 kg).

La précision de la direction et le freinage puissant participent au plaisir d'enchaîner les kilomètres au volant de la R8. Dommage, la commande de boîte guidée par la superbe grille en aluminium est un peu lente.

Et on ne pourra pas se consoler avec la version R-Tronic ( + 7500 euros), tant cette boîte pilotée à simple embrayage manque parfois de sportivité.

Au-delà des chiffres du chronomètre et de la sportivité, c'est aussi la manière qui compte dans ce monde du luxe, du raffinement et de l'exclusivité. En 19 secondes (et jusqu'à 50 km/h), l'Audi range sa petite capote en toile sous son capot arrière.

Elle offre alors une ligne d'une pureté et d'une agressivité bien dosées. Même style bien inspiré à l'intérieur avec ce cockpit qui enferme le conducteur dans un univers soigné où tout est dédié à la conduite et à la technologie.

Pour se mettre à l'abri des remous d'air, on remonte les deux vitres latérales et la petite glace située entre les deux sièges. Idéal pour profiter de la musicalité du V8 sans avoir les oreilles qui sifflent.

Et en continuant la promenade au volant de cet attachant Spyder, on se met à faire les (bons) comptes de ce V8 : par rapport au V10, la facture s'allège de 36 200 euros.

Un beau pactole, mais qui se réduit à 12 490 euros si on tient compte des équipements de série de la V10 qui représente 23 710 euros d'options sur la V8. Par exemple, les phares 100 %LED, la suspension Magnetic Ride, le cuir étendu (avec réduction de chaleur), les jantes alliage de 19 pouces ou encore le système audio surpuissant sont en série sur la V10. Mais pas d'inquiétude, la très longue liste d'options de la V8 permet de se façonner un Spyder sur mesure et ultra-équipée si on n'a pas peur de voir le prix s'envoler.

Conclusion

Une ligne à couper le souffle, un V8 plein d'entrain et un châssis bien en jambes, la R8 Spyder joue toujours la carte de la fascination. Moins exclusive que la V10, elle est toutefois d'une homogénéité hors pair. Balade coude à la portière ou séance de sprint sur petites routes, elle se plie à tous les désirs. Mais comme ses rares concurrentes, le bol d'air se paye au prix fort.

  • Style intérieur / extérieur
  • Qualité et finition
  • Ergonomie et simplicité
  • Equipements et options
  • Confort et suspensions
  • Sécurité active et passive
  • Plaisir de conduite
  • Performances pures
  • Agrément moteur
  • Budget achat et carburant

Note 7,4 / 10

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer