Kia Optima - Le style d'abord

par 'Jacques Warnery'.
Kia OptIma
Version essayée : Kia OptIma 1.7 Crdi
Diesel - 136 ch - 5.1 litres / 100 km - Fiche technique
27 €

Galerie : 24 photos

Avis sur la Kia OptIma

Note 321Auto

On aime

  • L'habitabilité aux places arrière
  • L'équipement généreux
  • La garantie de sept ans

On regrette

  • La boîte automatique ratée
  • Le diesel bruyant
  • Le confort moyen

Les voitures coréennes insipides, chez Kia, c'est fini. Après le Sportage, la Picanto et la Rio, voici l'Optima, une berline bien charpentée.

Certes, elle joue toujours les familiales statutaires à grand renfort de chromes et de gabarit imposant ; mais elle y ajoute un style dynamique grâce à une face valorisée par un éclairage diurne et une vitre de custode atypique. Après ce premier contact flatteur, l'habitacle déçoit, avec sa présentation un peu clinquante.

Heureusement, la dotation généreuse dès le premier niveau de finition Active à moins de 28 000 euros permet de se consoler.

Certes, la somme paraît coquette et le positionnement (trop) haut de gamme pour une coréenne. Mais à prestations équivalentes, la concurrence européenne demande davantage d'effort sur le prix. Et puis l'offre s'annonce d'autant plus alléchante que l'Optima sait recevoir. Profitant de ses 4,85 m et de son long empattement, elle réserve des places arrière dignes d'une limousine.

Enfin, à défaut d'être pratique, son coffre de 505 litres pourra contenir les bagages de la famille.

Agrément en retrait

Unique moteur disponible, le diesel 1.7 CRDi de 136 ch peut être associé à une transmission automatique à six rapports en option, comme sur notre modèle d'essai.

Mais dès le démarrage, les claquements et autres vibrations transmis dans les sièges au régime de ralenti sont vraiment désagréables.

Et sur la route, les choses ne s'arrangent guère. Étouffé par une boîte lente et énergivore, le moteur doit constamment mouliner et être poussé dans ses retranchements pour permettre d'adopter un rythme correct.

Niveau sonore et consommations s'en ressentent. Enfin, la lenteur et l'absence de réactivité de l'ensemble altèrent l'agrément général, tout en rendant le mode manuel peu utilisable.

Alors, autant économiser 1500 euros et conserver la boîte manuelle, histoire de retrouver une consommation raisonnable et des performances convenables, même si l'Optima manque de tonus au-dessous des 2 000 tr/min...

En hybride en 2012

Commercialisée aux États-Unis avec un moteur 2.4 de 170 ch, l'Optima hybride arrivera en France avec un bloc de 2 litres de moindre puissance, mais de même technologie : un moteur électrique (40 ch), relié au thermique par une boîte de vitesses automatique sans convertisseur de couple.

En termes de conduite, l'apport de l'énergie électrique est évident lors des phases de démarrage ou à l'accélération. Revers de la médaille, des sensations peu naturelles dans l'assistance de direction et au niveau de la pédale de freinage qui demandent une accoutumance.

Aujourd'hui « donnée » pour une consommation moyenne de 6,3 l/100 km et des rejets de CO2 estimés à 117 g/km (constructeur), l'Optima hybride européenne devrait faire mieux. En revanche, le volume de coffre restera le même : 280 litres pour l'hybride, contre 505 à bord d'une version thermique qui n'a pas de batteries à loger.

Conclusion

Maîtrisant bien ses mouvements de caisse, l'Optima apprécie les virages. Mais ce dynamisme (relatif) s'obtient au détriment d'un confort ferme et trépidant à basse vitesse. Autant de défauts qui rendent cette Kia moins pertinente que la Hyundai i40 pour le marché européen, et donc moins ambitieuse.

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer