Renault Grand Scénic - Candidat déclaré

par 'Mathieu Sentis'.
Renault Grand ScénIc
Version essayée : Renault Grand ScénIc 1.6 Dci 130
Diesel - 130 ch - 4.4 litres / 100 km - Fiche technique
30 €

Galerie : 28 photos

Avis sur la Renault Grand ScénIc

Note 321Auto

On aime

  • L'habitacle plaisant à vivre
  • Le volume de coffre
  • L'agrément de conduite
  • La consommation raisonnable

On regrette

  • L'espace au troisième rang
  • Le siège arrière central inconfortable
  • Le prix en hausse
  • Le léger creux sous 1 500 tr/min

Marché : Scénic, solide leader

Depuis son arrivée en 2008, le Scénic n'a pas vraiment eu la vie tranquille. Dès l'année suivante, Peugeot 5008 et Toyota Verso 2 ont tenté de lui barrer la route.

Nouvelles offensives en 2010, avec le restylage du Citroën C4 Picasso, suivi du remplacement des Ford C-Max et Volkswagen Touran. Quant à l'année 2011, elle fut celle du nouvel Opel Zafira Tourer.

Mais le pionnier Scénic a fait mieux que résister : il a une nouvelle fois dominé, sur l'échiquier des ventes, la totalité de ses rivaux. Chapeau. Pourtant, il n'est toujours pas le champion de la modularité. Ni celui de l'habitabilité aux places de troisième rang, comme nous le verrons plus loin.

Car l'évolution 2012 reste avant tout esthétique : l'avant reçoit un bouclier et des optiques modernisées. À bord, on note l'arrivée de plastiques noirs laqués, et un afficheur central doté de nouveaux graphismes (avec six affichages de compte-tours au choix). Ce restylage est aussi l'occasion de revoir le récent moteur 1.6 dCi de 130 ch, apparu en mai dernier.

Moteur : un bon bougre !

Sur le papier, le récent 1.6 dCi surclasse son prédécesseur sur le plan de la consommation et des rejets polluants : 4,4 l aux 100 km et 119 g/km de CO2 en cycle mixte, contre 5,5 l et 149 g pour l'ancien 1.9 dCi 130.

Dans les faits, il faut plutôt tabler sur 7 l aux 100 km. La valeur reste honorable dans la catégorie, obtenue via des technologies modernes (pompe à huile variable, optimisation des recirculations de gaz d'échappement et montée en température moteur, triple postinjection, sans oublier le système Stop&Start).

Du coup, Renault n'a pas eu besoin d'allonger exagérément les rapports de boîte, au bénéfice direct de l'agrément de conduite. Vivant lors des accélérations, volontaire lors des reprises, le nouveau dCi ne craint pas les trajets en charge ou dans les régions à relief. Mais si les performances donnent entière satisfaction dès 1500 tr/min, il est impératif de ne pas descendre sous ce régime : un creux marqué y existe depuis le ralenti.

Vie à bord : accueillant mais...

Plaisant à conduire, grâce à son moteur agréable et son comportement routier précis pour un monospace, le Grand Scénic excelle en matière de vie à bord.

À l'avant, les passagers disposent de rangements nombreux et d'une bonne visibilité périphérique.

Au second rang, les trois sièges indépendants coulissent et offrent un bel espace pour les jambes. Quant à leur impossibilité de s'escamoter sous le plancher (il faut les extraire, puis les stocker, si l'on souhaite profiter du volume maximal de chargement de 2063 l), il s'agit d'un faux problème : simplement repliés sur eux-mêmes, ils dégagent 1863 l de capacité de chargement, volume honorable dans la catégorie.

À L'argus, nous pestons plutôt contre deux défauts plus gênants : Au second rang, le siège central, plus étroit, plante ses boucles de ceinture dans les fessiers du passager. Au troisième, c'est l'espace qui fait défaut : il est à réserver à du dépannage sur courts trajets, tout voyage supérieur à 15 minutes à cet endroit relevant de la punition.

Prix/équipement : en hausse

En finition Expression (29150 euros), le Grand Scénic restylé s'affiche 1100 euros plus cher qu'auparavant. Un surcoût compensé par la dotation enrichie : GPS TomTom et antibrouillards sont de série.

Au-delà, les finitions changent d'appellation, à l'image du niveau Initiale (inédit sur la gamme Scénic) que nous avons photographié. Ce dernier inaugure de nouveaux systèmes, tels qu'une alerte de franchissement de ligne (uniquement signalé par un bip sonore), des feux de route automatiques ou une caméra de recul. Mais l'addition grimpe alors franchement : 34750 euros.

Conclusion

Simplement mieux équipé et plus agréable à regarder, le Scénic restylé conserve ses qualités... et ses défauts.

Côté face, un bel agrément de conduite, un confort soigné et un espace à bord très satisfaisant.

Côté pile, un siège central trop étroit et une habitabilité au troisième rang vraiment mesurée. Si les sept sièges ne vous apparaissent pas indispensables, mieux vaut vous rabattre sur la version à cinq places du Grand Scénic, au coffre géant et au tarif inférieur de 700 euros. De quoi compenser la légère inflation des prix..

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer