Citroën C4 Aircross - Premier essai routier

par 'Bertrand Bellois'.
Citroën C4 AIrcross
Version essayée : Citroën C4 AIrcross 1.6 Hdi
Diesel - 115 ch - 4.6 litres / 100 km - Fiche technique
26 €

Galerie : 19 photos

Avis sur la Citroën C4 AIrcross

Note 321Auto

On aime

  • Le style réussi
  • La consommation
  • L'habitabilité et l'accès à bord

On regrette

  • Les prix pas très doux
  • Les bruits d'air sur autoroute
  • La qualité de présentation moyenne

Souvenez-vous de 2007 : Peugeot et Citroën faisaient appel à Mitsubishi pour bâtir les 4007 et C-Crosser. Des SUV de bonne taille (4,65 m) pour sept personnes et disponible uniquement en 4X4.

La même année, Nissan lance le Qashqai avec une autre philosophie : gabarit compact (4,33 m), deux roues motrices et petit diesel économique. La suite, on la connaît : succès chez Nissan, soupe à la grimace pour les français et Mitsubishi.

Un quinquennat plus tard, est-ce que Citroën tient enfin sa revanche avec le C4 Aircross ? Lui aussi conçu sur une base de Mitsubishi (celle du récent ASX), il s'inscrit cette fois au cour du segment des SUV compacts grâce sa taille (4,34 m) et sa déclinaison 4X2.

Il singe ainsi le Qashqai, mais compte aussi rivaliser sur ce marché en pleine croissance (+ 15 % en France en 2011) avec les Ford Kuga, Kia Sportage, voire Volkswagen Tiguan et Peugeot 3008.

Mieux à l'extérieur

En dépit de ses origines asiatiques, le C4 Aircross ne laisse aucun doute sur son appartenance à la gamme Citroën : feux de jour verticaux comme la DS3, feux arrière imitant ceux de la C3 et grand calandre à la mode C4 Picasso.

Petite coquetterie : la vitre arrière de custode se prolonge vers le hayon pour apporter plus de personnalité au profil.

L'habitacle est moins spectaculaire et traduit les difficultés pour un constructeur de modifier une base existante avec des contraintes financières strictes. On reconnaît ainsi le mobilier de l'ASX simplement décoré de quelques éléments noirs laqués et d'un volant spécifique.

L'ensemble est loin de la qualité de présentation des autres Citroën, mais le C4 Aircross a d'autres atouts : préhension aisée des commandes, position de conduite haute et écran tactile pour le GPS qui sera enviée par la C5.

L'habitabilité et le volume de coffre dans la bonne moyenne sont aussi à mettre au crédit du Citroën, qui dépasse sur ces points un Nissan Qashqai moins logeable.

HDi exclusif

Côté motorisation, passons vite sur le petit bloc essence qui constitue surtout un prix d'appel, pour nous intéresser aux diesels. Le haut du panier est assuré par le 1.8 de 150 ch d'origine Mitsubishi facturé au-delà de 30 000 euros.

Notre modèle d'essai avec le 1.6 HDi de 115 ch d'origine PSA constituera l'essentiel des ventes et son prix est moins excessif : dès 26 300 euros en 4X2, mais plutôt 28 100 euros avec la finition Confort plus correctement équipée.

Le C4 Aircross tire avantage du 1.6 HDI (non disponible sur l'ASX) en termes de sobriété (119 g de CO2/km) et de douceur de fonctionnement. Assez vigoureux dans la plupart des situations, le moteur manque toutefois de consistance quand la route prend du relief ou lorsque l'on veut presser le pas.

Profitant des bonnes aptitudes routières de l'ASX, le Citroën est habile sur les petites routes et sécurisant même à bon rythme. Son agilité est ainsi supérieure à un Nissan Qashqai, mais n'atteint pas la précision de conduite d'un Ford Kuga.

Prix de Tiguan

Un confort un peu plus moelleux et une insonorisation plus soignée sur l'autoroute auraient permis au C4 Aircross de gagner d'autres points sur la route. Car ne comptez pas sur lui hors bitume : avec deux roues motrices et une garde au sol de 18 cm, ses compétences hors des sentiers battus ne sont guères supérieures à celles d'une berline classique.

Bien emballé et agréable sur la route, le Citroën ne fait pas de cadeau côté tarifs. Notre version Confort avec le Pack Style (800 euros), le Pack Techno (2000 euros) et le toit vitré (850 euros) flirte avec les 32 000 euros. Et il faut encore ajouter 1 800 euros pour disposer de la transmission 4x4.

A équipements équivalents, un Nissan Qashqai est 5 000 euros moins cher et le tarif tutoie celui d'un Volkswagen Tiguan plus huppé et mieux armé en finition.

L'écart avec l'ASX de même conception se porte à 6 000 ?. Une somme, mais il vrai que le Mitsubishi doit compenser son manque de notoriété et la faible densité de son réseau. Deux arguments que Citroën devra faire marcher à plein pour justifier ses prix.

Conclusion

Fabriqué au Japon chez Mitsubishi, le C4 AirCross s'installe au cour du segment des SUV. Il se fera une place grâce à son style extérieur et son diesel économique. Sur bien des points il surpasse le Qashqai, mais ses tarifs visent trop haut. Résultat, Citroën reste modeste sur les ventes : 8000 unités par an visées en France (5 % de part de marché du segment), c'est loin des 22000 Qashqai cinq places écoulés sur notre marché l'an passé.

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer