Dacia Lodgy - Ses rivaux ne lui disent pas merci !

par 'Xavier Chimits'.
Dacia Lodgy
Version essayée : Dacia Lodgy 1.5 Dci 110
107 ch - 4.4 litres / 100 km - Fiche technique
14 €

Galerie : 29 photos

Avis sur la Dacia Lodgy

Note 321Auto

On aime

  • - Le prix, bien sûr
  • - L'espace intérieur
  • - La vivacité du dCi 110 au-delà de 2 000 tr/mn
  • - La modernité de l'écran tactile

On regrette

  • - La ligne, massive
  • - La modularité, basique
  • - Le faux tarif d'appel à 9 900 euros
  • - Le manque de moelleux des sièges arrière

Il ne faut pas rêver. Le « Lodgy à 9 900 euros » n'est qu'un argument publicitaire.

Autrement dit, un leurre : banquette monobloc (un comble pour un monospace), 1.6 MPI 85 souffreteux (14,5 s de 0 à 100 km/h) et soiffard (7,1 l d'essence aux 100 km, 750 euros de malus). Dacia n'a pourtant plus besoin d'artifices de bonimenteur de foire pour appâter le client. Sa réputation est maintenant solidement établie.

En vérité, le Lodgy débute à 13 900 euros en 1.5 dCi 90 : 12,4 s de 0 à 100 km/h, banquette fractionnable. Et mieux encore, à 14 500 euros en dCi 110 (11,6 s), car un soupçon de vigueur supplémentaire n'est pas superflu sur un véhicule destiné à rouler lourdement chargé.

La climatisation non plus : vaste surface vitrée, enfants à bord. Mais elle coûte 900 euros en option. Pour 100 euros de différence, autant passer à la finition Lauréate (15 500 euros) : climatisation, volant et siège conducteur réglables en hauteur, antibrouillards, limiteur de vitesse.

Ne reste qu'à ajouter deux sièges au 3e rang (490 euros), radio (200 euros), peinture métallisée (460 euros). Et l'ESP (300 euros), indispensable sur un modèle à vocation familiale. Il est obligatoire depuis le 1er novembre 2011 sur tout nouveau véhicule. Dacia a contourné la législation en homologuant son monospace avant cette date.

Total : 16 950 euros. Voilà le vrai prix du Lodgy. Plus tout à fait les 9 900 euros annoncés. Mais une aubaine quand même, eu égard aux tarifs des véhicules qui rendent les mêmes services que lui.

A équipement égal et avec 7 places à bord, un Renault Grand Kangoo requiert 20 970 euros, un VW Caddy Maxi 23 730 euros, un Chevrolet Orlando 24 400 euros, et un Renault Grand Scénic 26 470 euros, Seule la Logan MCV dit mieux que le Lodgy : 15 380 euros, mais son dCi 90 a le souffle court (13,7 s de 0 à 100 km/h).

Dacia démocratise le GPS : l'option Media Nav (de série en finition Prestige) inclut un écran tactile de 18 cm de large intégré dans la console centrale, la navigation, la connexion Bluetooth, et une prise USB pour brancher un lecteur MP3 ou iPod. Le tout, pour 430 euros, radio comprise. A ce tarif, pourquoi se priver ?

Quand un constructeur abaisse les prix à ce point, vient toujours un doute : le Lodgy remplit-il les missions d'un monospace compact ? la réponse est oui, trois fois oui.

D'abord, l'accueil. Long (4,50 m), haut (1,68 m), cubique, le monospace Dacia propose à la fois vaste espace habitable et très grand coffre : 634 l en configuration cinq places, banquette du troisième rang repliée, voire 827 l quand elle est démontée.

Par ailleurs, trois passagers peuvent s'asseoir au deuxième rang sans se frotter les épaules, et deux adultes derrière eux sans courber la tête. La disposition en gradin des banquettes évite le sentiment de confinement.

Les sièges sont fermes, mais sans excès. Les petits rangements abondent. Manquent juste, même en option, les tablettes aviation tant appréciées par les enfants sur de longs parcours.

La planche de bord est frappée du sceau de la simplicité. Plastiques durs et vis apparentes témoignent du souci de Dacia de construire à moindre coût, comme l'emplacement du levier de vitesses : à la différence de la plupart des monospaces, il n'est pas en position haute puisque le Lodgy reprend la plateforme de la Logan. Mais la planche de bord bicolore et quelques touches de faux chrome égaient le tableau.

Définition classique

Ensuite, la modularité. Le Lodgy reprend la définition classique adoptée par la Logan MCV : pas de sièges indépendants, coulissants ni escamotables. Les banquettes des rangs 2 et 3 se rabattent en portefeuille, assises et dossiers, et sont amovibles.

Sur ce chapitre, le Lodgy reste donc en retrait des leaders de la catégorie, mais son espace intérieur hors pair lui vaut absolution.

Enfin, troisième mission assignée à un monospace, la capacité à voyager en prenant soin de ses occupants.

Dacia sait construire léger : 1 262 kg pour le Dodgy en sept places, soit 200 bons kilos de moins qu'un Grand Scenic à moteur égal.

Dès lors, même si son manque de punch à bas régime contraint à recourir au premier rapport dans les épingles serrées, le dCi 110 répond allègrement au-delà des 2 000 tr/mn, sans déchirer les oreilles, et en consommant peu (4,4 l/100 km) grâce à sa boîte 6 rapports.

Les suspensions sont sèches, mais absorbent les inégalités de la route avec une étonnante facilité. Elles maintiennent parfaitement la caisse dans les prises d'appui, au point que le Lodgy ignore le roulis. Seul bémol, la direction s'avère lourde et collante à basse vitesse.

Conclusion

Un nouveau tour de force signé Dacia. Le Lodgy n'est pas exempt de petits défauts, rançon de sa philosophie du moindre coût.

Mais pour 16 950 euros (1 000 euros de moins qu'une Clio dCi 75 à équipement égal !), il offre à une famille tous les services attendus d'un vrai monospace compact 7 places.

Un regret, toutefois : sa ligne sans charme, purement fonctionnelle. Dacia, avec Sandero et Duster, avait habitué à mieux.

La flemme de revenir sur le site ? Inscris-toi et reçoit nos infos directement dans ta boite mail ! C’est gratuit !

Retrouve-nous sur

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour l'amélioration de nos services. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici . Fermer